Le Salon du Chocolat lance sa révolution digitale !

Jamais il n’a été aussi important de se faire du bien, en s’autorisant des pauses gourmandes de qualité.
Depuis plusieurs mois, confrontés à une crise sanitaire paralysante, les Français ont pu bénéficier de services de livraisons en tous genres et autres click & collect, notamment pour tout ce qui touche aux plaisirs de la bouche. Face à la terrible situation que traversent les restaurateurs, de plus en plus de solutions ont vu le jour mobilisant les professionnels du secteur pour accélérer la digitalisation de l’offre.

Avec la vente à emporter, les menus numériques, les courses en ligne de produits frais, il ne manquait plus que la mise à disposition d’un chocolat artisanal d’excellence dont la Salon du Chocolat est garant depuis 25 ans.

Selon une étude menée en 2017 par la Ecommerce Foundation et la Nyenrode Business University, les marketplaces devaient absorber « 40% du commerce de détail en ligne d’ici 2020 dans le monde ». Ces plateformes fédératrices permettant aux différents commerçants d’accroître leur visibilité online, ont en effet connu un essor considérable.

Plus enclins à faire confiance à une renommée établie, les acheteurs ont tendance à privilégier une identité de marque forte et préfèrent ainsi opter pour une marketplace reconnue ou avec un nom célèbre pour s’assurer un certain rapport de confiance, une offre multiple avec un gage de qualité et un gain de temps. Permettant d’atteindre une nouvelle audience et de générer de meilleures ventes, ces plateformes donnent l’occasion aux petits commerçants de gagner en visibilité dans le sillage des grands noms locomotives, pour le plus grand bonheur d’une clientèle de plus en plus exigeante.

Notamment sur la partie recettes et accompagnement ! Grâce à la mise à disposition digitale des conseils et autres démonstrations de chefs, nombreux sont les amateurs d’un fait-maison. C’est pourquoi la nouvelle plateforme digitale imaginée par le Salon du Chocolat répond à plusieurs demandes des consommateurs, avec une offre de produits guidée par des moteurs de recherches spécifiques et une offre éditoriale plus didactique.

Pour la marketplace, le Salon du Chocolat s’est appuyé sur Wizaplace (la solution experte de création de marketplace, travaillant autant avec des start-up, des PME que des grands groupes) dont le dirigeant Éric Alessandri évoque ici le caractère très innovant.

« Nous sommes ravis de participer à un projet qui nous a forcés à nous réinventer, auprès d’une marque installée et influenceuse. »

◆ Quels étaient pour vous les enjeux en développant la marketplace du Salon du Chocolat ? ◆

Nous y avons vu un challenge d’innovation. Depuis le début de l’année, nous avons travaillé avec les équipes du Salon du Chocolat, qui représentait pour nous une marque singulière parmi nos clients (la FFF, Cash Converters, Engie, Reparcar…). D’abord parce que le secteur de l’alimentaire ne se vend pas en ligne comme des vêtements ou des articles high-tech, et nécessite une logistique bien spécifique.

D’autre part, il s’agissait de s’inscrire dans un marché du chocolat essentiellement « non-digital », les consommateurs l’achetant généralement en supermarché ou chez le chocolatier plutôt qu’en ligne ; même si c’est une mécanique d’achat en pleine croissance, grâce à quelques chocolatiers qui se sont mis à proposer leurs créations sur leur site d’e-commerce. Néanmoins, cette offre indépendante rencontre forcément des limites à la fois de moyens et de largeur de gamme.

C’est pourquoi la marketplace du Salon du Chocolat regroupant plusieurs acteurs de ce secteur sur une même plateforme devait permettre de résonner de manière beaucoup plus efficace et pertinente, avec une offre de partenaires chocolatiers suffisamment séduisante pour remplacer et combler les habitudes d’achat des visiteurs du Salon, et plus largement des consommateurs de chocolat en magasins.

◆ Quel a été votre plus grand challenge ? ◆

Il nous a fallu réfléchir à la meilleure façon de répondre au souhait du Salon du Chocolat d’autoriser des achats multiples sans générer un coût de livraison rédhibitoire. Cette articulation autour des frais de port devait présenter des formules en faveur du consommateur sans avoir à pénaliser le vendeur. Une politique globale a été appliquée sur la marketplace en ce sens et c’est assez atypique pour être souligné.

Aujourd’hui, l’acheteur est globalement en avance sur le vendeur dans l’univers de la vente en ligne : cela peut paraître étrange mais il y a plus fréquemment une volonté d’achat en ligne frustrée par le manque d’offre qu’un produit qui ne trouve pas preneur. Il y a donc un vrai travail d’éducation et de séduction à faire auprès des vendeurs : il ne s’agit pas ici seulement de les convaincre à rejoindre cette plateforme de vente mais aussi à les enjoindre de se digitaliser de leur côté. Il leur faut être en mesure de mettre à jour leur stock, leurs prix, le renouvèlement de leurs références : une mécanique dont ils ne sont pas forcément coutumiers et qui est essentielle au bon fonctionnement d’une marketplace.

◆ Est-ce la seule « difficulté » rencontrée ? ◆

L’évangélisation des consommateurs à la commande en ligne étant déjà faite, notamment avec le drive qui aide énormément, nous pouvions donc nous appuyer sur cette envie de faire ses achats en ligne. L’actualité de ces derniers mois a considérablement augmenter le shopping digital qui d’habitude représente en moyenne 10% des achats en France : il est monté aujourd’hui à 30%. Un véritable plébiscite des achats en ligne qui a installé une tendance très forte.

Toutefois, dès qu’on parle d’alimentaire et en particulier ici de chocolat, il est certain que l’achat en ligne est très spécifique. Il fallait notamment trouver une solution pour répondre à certaines considérations sensorielles du Salon du Chocolat ; ses équipes avaient à cœur de proposer une expérience attrayante pour raconter le chocolat autrement que par le goût et la fragrance, en misant sur la générosité des images, la gourmandise des mots avec des descriptifs précis et alléchants. C’est aussi une nouvelle façon de travailler pour l’artisan plus habitué à faire goûter ses créations qu’à en parler. Il y a donc eu un effort de contenu tout particulier et c’est là où l’expérience et l’expertise du Salon sont entrées en jeu. Tout l’objectif de cette marketplace innovante restant de donner la plus belle des vitrines à ses exposants.

◆ En quoi est-elle innovante ? ◆

Une marketplace laisse généralement la responsabilité de ses contenus à ses vendeurs tiers. Ici, c’est l’opérateur qui se charge de leur animation et actualisation avec une plateforme de vente fédératrice soutenue par un média à l’image de l’événement fondateur de ce regroupement. C’était donc une initiative très atypique que de vouloir développer un site riche de contenus sans cesse renouvelés, là où les autres marketplaces ne tablent que très peu sur cet outil informatif, ludique ou pédagogique, en laissant la mission aux vendeurs. Le Salon du Chocolat a donc imaginé une plateforme marchande très différente des autres : investissant sur le lien à faire entre les produits proposés et les articles de contenus, à l’image des événements qu’il organise depuis 25 ans.

Et ce sont justement toutes ces années d’existence qui rendent cette démarche possible, parce que légitime. On ne peut pas se lancer aujourd’hui sur du contenu digital sans s’appuyer sur une identité de marque forte. Le Salon du Chocolat est une marque reconnue qui a toute la légitimité pour prendre la parole sur une marketplace. Nous sommes convaincus du bien-fondé de cette démarche insolite mais cohérente et sommes ravis d’avoir pu y associer notre technologie. C’est un beau projet que nous voyons se concrétiser avec une certaine fierté et beaucoup d’envie. De chocolat !

Nous vous invitons à découvrir notre chocolaterie en ligne à travers ces gourmandes créations

Coffret de 30 chocolats

Au Petit Prince

J’en veux !

Caramandes au chocolat noir

Benoit Chocolats

J’en veux !

Ballotin de chocolats assortis

Chocolats Zugmeyer

J’en veux !

Palets de Bellevarde

Patrick Chevallot

J’en veux !

Je découvre le shop dans son intégralité !

2021-04-16T17:01:40+01:00 21 janvier 2021|La Chocotech|

Le Salon du Chocolat s’engage, avec la société EVENT INTERNATIONAL, à ce que la collecte et le traitement de vos données soient conformes au Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) et à la loi Informatique et Libertés. Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, réaliser des analyses statistiques de visites et permettre le partage de contenu sur les réseaux sociaux. En cliquant sur "J'accepte', vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous trouverez de plus amples informations sur les cookies en cliquant sur le lien suivant. En savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer